April 19, 2024

La Grèce – avec la volonté de devenir le nouveau pont entre l’Europe et le Moyen Orient – a tenu le 11 février 2021, le Philia Forum avec la participation des MAE de l’Egypte, des EAU de Chypre, du Bahreïn et de l’Arabie Saoudite. La France, l’Iraq et la Jordanie ont aussi été invité à participer au Forum. Alors que ce Forum était très attendu en Grèce, c’est principalement l’absence de la Turquie qui a fait parler.

La présence de la France ne s’est manifestée que par visioconférence mais elle reste néanmoins importante et symbolique au regard de la déclaration commune adoptée le jour même. Cette déclaration annonce la création et le développement d’une nouvelle forme de coopération entre les pays présents sur des questions diverses telle que l’économie, l’énergie, l’innovation, l’éducation mais aussi la sécurité.

La déclaration commune a permis aux pays de réaffirmer leur adhésion commune au droit international   et leur volonté de créer un dialogue et une coopération pérenne et efficace mais aussi flexible. En effet, la déclaration se conclu par une invitation à tous autres pays « de la région et au-delà qui partagent les valeurs et principes susmentionnées ». Une manière pour la Grèce de répondre de manière anticipée aux critiques émises par la Turquie.

Ce 11 février 2021, la France présent a encore prouvé que sa présence traduisait un gage de sérieux et de coopération prospère dans le berceau méditerranéen. En effet, l’agenda du Ministre des affaires étrangères français ce jour a montré que la France était présente sur tous les fronts. Après une brève apparition lors du Forum, Jean Yves le Drian a participé à la réunion du comité de suivi de l’accord de paix d’Alger, relatif à la crise au Mali, puis il s’est entretenu avec son homologue Arménien pour échanger sur les tensions actuelles avec l’Azerbaïdjan.

L’enjeu de la France reste de conserver sa place de leader dans la coopération internationale et dans sa stratégie d’accompagnement vers des processus de paix dans différents pays.

Alors qu’aucune information n’a été communiquée directement par la France ou le MEAE au sujet de la participation de Jean Yves le Drian au Forum, c’est plutôt l’absence de la Turquie qui a marqué les médias. En effet, cette nouvelle amitié Greco-arabe a été vue pour Ankara comme un nouveau moyen de faire front face aux ambitions grandissantes de la Turquie. Une initiative qui a fait réagir Ankara qui y voit une nouvelle tentative d’alliance basée sur l’hostilité envers la Turquie.

L’absence de la Turquie et la tentative de normalisation des relations Franco-Turque récente pourraient expliquer le manque de communication du MEAE français suite au Forum.